loader image
telecomreviewafrica.com

Typography

Nous sommes entrés au monde de la quatrième révolution technologique « 4IR » qui va extrêmement changer notre façon de vivre et de travailler, ainsi que nos relations avec les autres. L'humanité n'a jamais connu un tel changement, tant par son importance que par sa conduite et sa complexité. À terme, certains emplois disparaîtront et d'autres qui n'existent pas aujourd'hui, apparaîtront. Une question se pose dans ce contexte : les compétences des employés d'aujourd'hui sont-elles adaptées aux exigences de demain ?

Trois révolutions industrielles ont envahi le monde entier jusqu’aujourd’hui : l'eau et la vapeur ont alimenté la première, tandis que l'électricité a alimenté la seconde révolution et la troisième s’est appuyée sur l'électronique et les technologies de l'information pour mécaniser la production. La 4IR est apparue au milieu du 20e siècle, appelé : la révolution numérique ; ce n’est pas la révolution d’une nouvelle énergie, mais celle d’un nouveau phénomène technologique, la numérisation, et du développement de l’internet. Parmi les technologies de la quatrième révolution industrielle, on cite l'Internet des objets (IoT), le big data, la blockchain et l'intelligence artificielle (IA).

Par rapport aux autres secteurs, les technologies de la 4e révolution industrielle ont connu la plus forte augmentation des demandes de brevets entre 2010 et 2018 et ont augmenté de 20% à l'échelle mondiale et de 4,2% par an.

Défis et opportunités

Les revenus et la qualité de vie peuvent être améliorés par la quatrième révolution industrielle, tout comme celles qui l'ont précédée. À ce jour, la technologie a permis la création de nouveaux produits et services qui ont augmenté l'efficacité et le plaisir de chacun ; les clients ayant les moyens financiers d'accéder au monde numérique ont été les grands gagnants, à titre d’exemple : commander un taxi, effectuer un paiement, regarder un film, tout cela peut se faire numériquement, à distance. La technologie permettra d'atteindre de nouveaux niveaux d'efficacité et de productivité à l'avenir, grâce à l'innovation technologique. En outre, le coût de l'activité économique diminuera. Cela ouvrira de nouveaux marchés et stimulera l'économie. La logistique et les chaînes d'approvisionnement deviendront plus efficaces.L'Afrique à l’aube de la 4IR

Environ 14% de la population mondiale n'a toujours pas accès à l'électricité selon l'Agence internationale de l'énergie. Il est donc évident que l'Afrique n'a pas bénéficié de la troisième révolution industrielle qui a rendu possible la disponibilité de l'électricité moderne. Pour développer pleinement le continent, les gouvernements du continent doivent être responsables en dernier ressort du sous-développement du continent et qu'ils s'essayent de trouver rapidement des solutions possibles à cette mal répartition des infrastructures scientifiques et technologiques afin que le continent dispose des moyens plus développer. En parallèle, le voie vers la quatrième révolution industrielle est déjà en cours en Afrique Sub-Saharienne ; Au Kenya et dans certaines régions d'Afrique de l'Ouest, par exemple, la blockchain a été utilisée pour vérifier les registres de propriété, tandis que des entreprises basées au Ghana, ont utilisé la technologie web et mobile pour soutenir les agriculteurs.

Récemment, la technologie mobile s'est fortement développée dans la région, les consommateurs passant des canaux de développement traditionnels directement aux services numériques. L'Afrique comprend un énorme nombre de jeunes, et grâce à leurs efforts en grande partie, plus de 400 pôles technologiques ont vu le jour sur le continent. En plus, un rapport publié fin 2019 par la Banque africaine de développement « BAD » a noté que « l'IoT s'était considérablement développé en Afrique, tandis que les investissements dans les domaines axés sur la technologie avaient connu une forte croissance. » Le rapport estime que cette situation n'est pas étonnante puisque la technologie a le potentiel de transformer des secteurs aussi divers que l'agriculture, la fabrication et les soins de santé.

Ni la technologie ni les perturbations qui l'accompagnent ne sont une force externe sur laquelle les humains n'ont aucun contrôle. Nous sommes tous responsables de l'orientation de cette nouvelle révolution, dans les décisions que nous prenons au quotidien en tant que citoyens, consommateurs et investisseurs. Chaque personne doit saisir l'opportunité et le pouvoir que nous avons pour réaliser la 4IR et de l'orienter vers un avenir qui reflète nos objectifs et nos valeurs communs.

 

 

Pin It

Dernier Numéro