loader image
telecomreviewafrica.com

Typography

A la lumière de la pandémie COVID-19, Telecom Review poursuit sa mission de connecter les leaders de l’industrie en organisant des panels virtuels qui abordent diverses tendances et des sujets relatifs à l’industrie des TIC. Une série de discussions virtuelles sera organisée pour mettre en évidence  maints sujets tels que la 5G, la capacité du réseau, la sécurité des données privées, FTTx, le rôle des satellites en  ces temps difficiles, et la transformation numérique.

Au cours des mois de juin et juillet, Telecom Review a organisé deux panels, l’un sur la 5G et l’autre sur le trafic des données et la capacité du réseau.

Impact de la pandémie COVID-19 sur le développement de la 5G

Le premier panel virtuel organisé par Telecom Review a abordé le délai du développement de la 5G causé par le coronavirus, ainsi que ses répercussions sur les opérateurs et fournisseurs. Les membres du panel ont également discuté du rôle joué par la 5G dans la lutte contre le COVID-19.

Le panel intitulé « Impact de la COVID-19 sur le développement de la 5G » a eu lieu le 18 juin sur l’application Zoom et était modéré par Toni Eid, fondateur de Telecom Review et PDG de Trace Media.

Les panelistes comprenaient: An Jian, président du Carrier Business Group chez Huawei Moyen-Orient, Femi Oshiga, vice-président des fournisseurs de services au Moyen-Orient et en Afrique chez CommScope, Hatem Bamatraf, directeur technique chez Etisalat, Haithem Mohammed Alfaraj, vice-président supérieur de la technologie et des opérations chez stc, Ghazi Atallah, PDG de NXN, Dr. Ibrahim Gedeon, directeur technique chez TELUS, Mohamed Samir, vice-président des services mondiaux au Moyen-Orient et Afrique chez Nokia.

La première partie du panel a mis en évidence les causes du retard apporté au déploiement de la 5G et les conséquences sur l'industrie, notamment sur les opérateurs et les commerciaux . M. Toni Eid, fondateur de Telecom Review et PDG de Trace Media, qui était le modérateur du panel, a dirigé la discussion pour connaître l'opinion de tous les panélistes. 

Le démarrage a eu lieu avec Hatem Bamatraf, directeur technique d'Etisalat, qui a expliqué plus en détail ce qui s'est passé pendant la pandémie.

« Les télécommunications sont l'un des secteurs qui ont été touchés par la pandémie, mais probablement pas autant que les autres secteurs. Nous avons constaté un ralentissement de la chaîne d'approvisionnement de la part des fournisseurs, notamment en ce qui concerne la fourniture d'équipements et l'exécution des projets. Nous avons également remarqué que la voix a diminué de façon notable. Les données, en revanche, ont augmenté », a-t-il précisé.

Le directeur technique d'Etisalat a souligné que la 5G est une technologie qui intéressera le secteur des entreprises plutôt que celui des consommateurs et qui créera de nouvelles sources de revenus.

Dr. Ibrahim Gedeon, directeur technique de TELUS, a fait écho à cette déclaration de Hatem Bamatraf et a convenu que la 5G faisait une grande différence par rapport aux vitesses 4G, ce dont les entreprises tirent parti pour établir les cas d'utilisation. Quant à l'impact de COVID-19 sur la 5G, Dr. Gedeon a déclaré que « nous nous habituons tous à une nouvelle façon de travailler. Cependant, je ne pense pas que la pandémie ait ralenti le déploiement de la 5G, mais qu'elle a  seulement mis le réseau actuel à rude épreuve. COVID-19 a peut-être occasionné des retards, mais pas importants ».

Haithem Mohammed Alfaraj, premier vice-président de l'unité technologie et opérations chez stc, a déclaré que le retard s'est produit principalement au niveau des chaînes d'approvisionnement en équipements et en logistique. Les interruptions qui ont affecté l'industrie aéronautique et l'activité des douanes, en plus des limitations des déploiements sur le terrain en raison des mesures de confinement ont constitué un défi. L'un des principaux éléments de la 5G qui a été touché par le COVID-19 était la normalisation, selon AlFaraj.

« Au milieu des défis économiques, les opérateurs de télécommunications devront revoir leurs priorités à la lumière de l'augmentation du trafic de données et repenser la manière d'offrir une bonne expérience aux clients », a-t-il ajouté.

Du point de vue d'un fournisseur, An Jian, président du Carrier Business Group, région du Moyen-Orient chez Huawei, a quant à lui déclaré que la pandémie a créé  l'incertitude au développement des entreprises. Les pays ont dû réduire le rythme des déploiements de la 5G alors qu’elle était la meilleure option à cette époque.

« Durant la période de la COVID-19, une énorme quantité de trafic de données a été générée à domicile. La 5G était la meilleure option pour alléger la pression sur le réseau. Le ralentissement de son déploiement a affecté la capacité et la couverture du réseau dans certaines régions ».

Selon Femi Oshiga, vice-président des fournisseurs de services pour la région Moyen-Orient et Afrique chez CommScope, il s'agit d'un revers temporaire.

« Si vous considérez la 5G comme une amélioration de l'efficacité, qu'il s'agisse de l'utilisation efficace du spectre, de la facilité d'installation, de l'optimisation, tout investissement réalisé maintenant ne sera pas perdu. Les dépenses spécifiques pour la radio 5G, le noyau 5G et ses équipements - il y a eu un ralentissement, mais en termes d'amélioration de l'efficacité, nous pensons que c'est un  court et temporaire revers ».

Femi Oshiga a assuré que ce revers n'était peut-être pas une si mauvaise chose. « Il a en fait mis en évidence les points où il y a une demande dans le réseau, et où il y a un besoin de capacité, de réduction de la latence et de fiabilité ».

Mohamed Samir, vice-président des services mondiaux pour le Moyen-Orient et l'Afrique chez Nokia, est revenu sur le fait que la pandémie a effectivement augmenté le trafic de données.

« Grâce à la COVID-19, nous avons constaté une augmentation d'environ 35 % du trafic de données mobiles, et une augmentation encore plus importante du trafic de haut débit fixe. Auparavant, une telle augmentation était enregistrée en un an. Nous avons également constaté un changement dans les habitudes de consommation des abonnés. C'est pourquoi la priorité des opérateurs et des vendeurs à court terme était de garantir la performance du réseau et de faire face à la demande accrue de capacité du réseau ».

Au lieu d'appeler cela un retard dans le déploiement de la 5G, Mohamed Samir a choisi de le décrire comme un changement de priorité à court terme. « La priorité a été de sécuriser et de dimensionner les réseaux, mais cela ne signifie pas que les opérateurs et les fournisseurs ne travailleront pas sur la partie stimulation pour soutenir l'économie dans l'ère post-COVID-19 par le biais de la 5G ».

« En tant qu'industrie des télécommunications, nous avons très bien réussi à soutenir la société, surtout à une époque où tout le monde devait travailler au domicile », a-t-il conclu.

Ghazi Atallah, PDG de NXN, a précisé qu’il est d'accord avec tout ce qui a été dit sur le fait que les opérateurs doivent revoir leurs priorités pour faire face à l'augmentation de la demande de connectivité et de collaboration dans le nuage. Il a également souligné la manière dont la numérisation a été mise en avant.

« L'accélération de la numérisation et ce que la 5G apportera dans ce domaine seront très importants au cours des 12 à 18 prochains mois. Non seulement nous devons travailler à distance, mais nous devons également accomplir des processus commerciaux à distance. La 5G jouera un rôle important dans la télésanté et les applications vidéo, d'autant plus que nous avons maintenant fait l'expérience de la nécessité d'une expérience en temps réel dans ces domaines ».

Capacité et trafic de données : garantir une expérience ininterrompue

Le 21 juillet, Telecom Review a tenu un deuxième panel virtuel très interactif réunissant les leaders suivants : Frederic Schepens, PDG de MTN GlobalConnect ; Marc Halbfinger, PDG de PCCW Global ; Emmanuel Rochas, PDG, Orange International Carriers ; Cengiz Oztelcan, PDG de GBI ; Ali Amiri, Chief Carrier & Wholesale Officer du Groupe Etisalat ; Vaneet Mehta, AVP et chef de région Moyen-Orient, Centre Asie et Afrique chez Tata Communications ; et Elias Zaccack, vice-président exécutif de ventes mondiales chez SES.

La première partie de la discussion a examiné l'effet de COVID-19 sur l'industrie du commerce de gros et de la capacité, et sa gestion des énormes quantités de données générées tout au long de la pandémie.

Emmanuel Rochas, PDG d'Orange International Carriers, a souligné que COVID-19 est, avant tout, une crise humanitaire mondiale. Au-delà du coût humain, la pandémie a bouleversé l'industrie du commerce de gros.

« La crise a été dramatique en termes d'impact humain. Elle a également eu un impact massif sur notre activité internationale de grossiste. Nous avons connu un très fort changement d'usage en termes de nos activités », a déclaré Rochas.

Le PDG de PCCW Global, Marc Halbfinger, a noté un impact significatif en termes de flux de trafic depuis leur siège à Hong Kong. Le virus s'est présenté très tôt dans les principales villes de Chine, et la corrélation entre COVID-19 et le trafic du réseau est donc apparue au fur et à mesure qu’il contaminait le monde.

« En suivant l'histoire de COVID-19 dans le monde entier,  nous constatons que le trafic est lui aussi affecté. » Halbfinger a également reconnu que, malgré l'augmentation du trafic de données, l'itinérance avait été négativement touchée par le manque de déplacements.

Interrogé sur la manière dont Etisalat a géré l'augmentation de la demande sur le réseau, Ali Amiri, chef du groupe des transporteurs et des grossistes, attribue le succès de sa réponse à l'infrastructure déjà en place et à son « état de préparation » général.

Il a répondu « Pour faire face à ce défi, nous avons utilisé tout ce que nous avions déjà mis en place. Nous avons augmenté la capacité et tiré parti de notre leadership dans le domaine de la fibre optique jusqu'au domicile ».

Frederic Schepens, PDG de MTN GlobalConnect, a ensuite pris la parole en se faisant  l'écho des autres panélistes en déclarant que le trafic de voix et de données avait augmenté, et que l'itinérance avait pris un coup majeur, atteignant presque zéro.

« Ce que nous avons constaté  sur certains marchés, c'est une croissance de 30 à 35 % en termes d'adoption de données. La voix a également connu une croissance importante parce que les gens s'envoient plus de messages et s'appellent plus souvent. La seule chose qui soit tombée de haut c'est l'ensemble de la structure de l'itinérance au sein de GlobalConnect », a-t-il déclaré.

Vaneet Mehta, vice-président associé et responsable de la région Moyen-Orient, Asie centrale et Afrique chez Tata Communications, a exploré les principales verticales de l'espace de gros, observant chacun les impacts positifs et négatifs de l'épidémie de virus.

Tata a observé l'augmentation de la voix et des données. Selon Mehta, la croissance de la consommation de données est due aux OTT, comme Netflix, alors que les gens étaient confinés à leur domicile.

Le PDG de GBI, Cengiz Oztelcan, convient qu'il y a des impacts à la fois positifs et négatifs pour l'industrie, en disant « ce sont ici les deux faces d'une pièce de monnaie ».

Alors qu'il y a eu une augmentation de la demande de services de base, tous les projets nouveaux et en cours ont été mis de côté afin de réduire les dépenses et d'éviter les frais inutiles.

« Les opérateurs ont commencé à réduire leurs budgets de sorte que tout ce qui n'était pas absolument nécessaire a été annulé ou reporté. Il y a eu une certaine augmentation de la demande, mais tout ce qui était nouveau ou excitant a dû être reporté pour réduire les investissements. C’est le côté négatif de la situation que nous connaissons  ».

SES Networks est le plus grand opérateur de satellites et sa mission est de fournir des solutions globales. Elias Zaccack, vice-président exécutif des ventes mondiales, a parlé de l'augmentation de la demande de services par satellite directement au foyer et dans les zones rurales.

« Nous considérons que la pandémie provoque un déplacement de la demande. Si vous pensez à la période précédant le COVID, la demande était forte dans les zones urbaines. Maintenant que les gens travaillent à domicile, il y a un déplacement vers les zones rurales ».

Il a poursuivi en expliquant que ces dernières  sont beaucoup plus dépendantes de la connectivité par satellite que les zones urbaines, et que SES devait donc fournir plus de services de connectivité dans les zones les moins connectées du monde. La COVID-19 a affecté l'entreprise de différentes manières, mais comme les autres panélistes, les services de données sont très demandés.

« Notre activité de données fixes se porte en fait bien en termes de demande et de notre capacité à les soutenir », a-t-il déclaré.

Pin It

Dernier Numéro