loader image
telecomreviewafrica.com

Typography

Il va sans dire que la pandémie COVID-19 a porté atteinte à l’industrie des télécommunications. Les opérateurs, ainsi que les fournisseurs, ont dû faire face (ou font face encore) à un lourd fardeau imposé par le confinement et les exigences du travail et de l’éducation à distance. Ceci a surchargé les réseaux partout dans le monde. Toutefois, les entreprises ont réalisé que c’est le moment opportun pour profiter des technologies émergentes afin d’assurer la continuité des travaux et réduire les pertes opérationnelles.

Nokia est l’une des marques de télécom internationales prédominantes tout en étant un fournisseur leader de solutions d’infrastructure de prochaine génération. Dans une entrevue exclusive accordée à Telecom Review, Aji Ed, directeur de la technologie chez Nokia pour la région Afrique et Moyen-Orient, a abordé l’expérience de Nokia durant la pandémie sur COVID-19.

En outre, il a mis en lumière les mesures adoptées par Nokia pour faire face aux défis résultant de la pandémie, le rôle de l’intelligence artificielle et de la 5G dans la lutte contre la crise ainsi que les dernières tendances technologiques.

COVID-19 a affecté toutes les industries. A quel point l’a-t-elle été sur les réseaux de télécoms dans la région du Moyen-Orient et Afrique ? Comment avez-vous relevé  les défis entrainés par la pandémie ?

Le monde s’est radicalement transformé au cours des derniers mois. La COVID-19 a imposé une nouvelle réalité qui consiste à travailler, apprendre et collaborer à distance.

Durant les premiers jours de la pandémie, nous avons noté une croissance de trafic de près de 30% au niveau des réseaux au Moyen-Orient et en Afrique ; une croissance qui est enregistrée normalement au cours  d’une année avec une utilisation intensive de divers outils de collaboration centrés sur la vidéo. Actuellement, nous avons dépassé le bond initial du trafic sur le réseau. Les pics de demande se stabilisent alors que les utilisateurs s’adaptent à la nouvelle norme qui repose entièrement sur la connectivité.

Nokia a travaillé avec les opérateurs pour réduire la congestion à travers l’optimisation du réseau Nokia EdenNet SON et les analyses remontées par Nokia Deepfield ainsi que d’autres logiciels de renforcement de capacité. Actuellement, nous nous préparons ensemble  à la prochaine phase. Ainsi, et alors que nous nous adaptons aux changements, Nokia  considère que deux priorités sont essentielles pour les opérateurs : la mise à échelle et la stimulation.

En termes de mise à échelle, les contraintes du confinement causées par la COVID-19 continueront à orienter les demandes vers de nouvelles parties du réseau, notamment à l’intérieur et dans les lieux résidentiels. Étant un véritable acteur mondial de bout en bout, Nokia peut aider les opérateurs à ajouter de la capacité à leurs réseaux.

Ces stratégies comprennent : ajouter des couches de réseau pour plus de capacité en utilisant de nouvelles bandes du spectre, inclure plus de secteurs pour couvrir la demande de données d’une région spécifique, connecter les régions rurales et défavorisées par le biais des solutions Nokia AirScale et Wavence afin de garantir une couverture efficiente, mettre en place des solutions d’accès sans fil fixe (FWA) sur LTE ou 5G en utilisant les solutions Nokia Fast Mile, et introduire un haut degré de programmabilité à travers le réseau défini par logiciel (SDN) en utilisant les solutions Nuage SDN de Nokia.

En termes de stimulation, jusqu’à lors, notre première priorité durant cette crise était de répondre rapidement, et de manière décisive, aux défis urgents. Toutefois, les mesures que l’industrie prend aujourd’hui aideront à paver la voie vers notre futur à l’ère de la 5G post-pandémie. Les fournisseurs de services peuvent jouer un rôle primordial en offrant de nouveaux services pour faciliter la reprise des affaires de leurs clients et leur contribution à la croissance économique.

D’aucuns pensent que la pandémie aura un effet durable sur plusieurs industries. D’après vous, l’accélération de la transformation numérique sera-t-elle définitive durant la post-pandémie ?

 Les technologies de la télécommunication joueront un rôle essentiel dans l’accélération de la transformation numérique en  période de post-pandémie en accélérant les déploiements de la 5G. Ceci va stimuler la quatrième révolution industrielle et paver la voie à la télémédecine, l’e-commerce, la télé-éducation, la robotique, et maints autres domaines. Si nous investissons aujourd’hui, nous pouvons renforcer notre infrastructure, nos économies et nos sociétés afin de pouvoir nous adapter le mieux possible aux différents défis qui se présenteront à l’avenir. La 5G permettra l’accélération des cas d’utilisations de l’intelligence artificielle et de l’apprentissage automatique qui seront le pilier de la transformation numérique du  futur.

Vous avez mentionné l’intelligence artificielle et l’apprentissage automatique. Qu’en est-il de leur rôle dans la 5G ?

Les terminologies telles que l’IA, l’apprentissage automatique et le deep learning vont de pair, mais elles sont différentes. Alors que l’IA désigne l’idée globale que les machines peuvent exécuter les tâches d’une façon plus « intelligente », l’apprentissage automatique est basé sur le fait que les machines doivent être capables d’apprendre et adapter à travers l’expérience ou les données collectées.

Le deep learning est un sous-ensemble de l’apprentissage automatique qui permet de résoudre des problèmes plus complexes en utilisant des méthodes telles que les réseaux neuronaux artificiels qui ressemblent au traitement de l’information par le cerveau humain.

Aujourd’hui, les réseaux sont gérés par l’intelligence automatique qui est définie, dirigée et orientée par l’homme. Ceci aide à l’automatisation des tâches humaines routinières qui sont normalement des méthodes essayées et testées auparavant, sans l’apparition de nouveaux éléments à apprendre. Le mécanisme consiste après à ajouter l’intelligence par le biais de modèles formés en utilisant l’expérience du passé et les machines prenant les décisions d’une manière dynamique.

Pour Nokia, la 5G et l’IA vont évoluer en parallèle. Dans la première phase de la 5G pour les 3-5 ans à venir, nous nous attendons à plus d’adoption de l’apprentissage automatique et des algorithmes du deep learning dans les réseaux de la 5G. Ceci est entraîné notamment par les exigences de la capacité du réseau. Par exemple, Nokia prépare la plate-forme RAN Intelligent Controller et les solutions d’apprentissage automatique basées sur les réseaux SON afin de promouvoir les cas d’utilisations de l’IA et l’apprentissage automatique au niveau des réseaux 5G.

Durant  la deuxième phase de la 5G, Nokia s’attend à plus d’intégration de l’intelligence artificielle dans le cloud edge  et les dispositifs à proximité en utilisant l’intelligence distribuée. Ceci aidera à apporter des cas d’utilisations révolutionnaires de la 5G.

En conclusion, la 5G et l’IA vont créer la plate-forme pour plusieurs applications pour le futur.

Avec le grand élan de la 5G, qu’en est-il de l’expansion d’autres technologies au Moyen-Orient et Afrique telles que la 4G ?

Le grand élan de la 5G est marqué par les 79 contrats commerciaux conclus par Nokia et 29 réseaux opérationnels avec tous les opérateurs principaux du  monde, y compris au  Moyen-Orient et en  Afrique, depuis fin juin.

Alors que la 5G gagne du terrain, la demande pour d’autres technologies est encore forte, notamment  au  Moyen-Orient et en Afrique qui hébergent l’un des marchés de télécoms les plus diversifiés au monde.

Nous constatons l’adoption de la 5G au Moyen-Orient, en Arabie saoudite, aux E.A.U, et au Qatar par exemple, et il est prévu que cette dynamique se poursuive en 2020. En outre, en Afrique, l’Afrique du Sud est à l’avant-garde de l’adoption de la 5G et d’autres pays en Afrique du Nord se préparent à son adoption. Toutefois, dans plusieurs pays en Afrique, la 2G, 3G et/ou LTE sont des technologies-clés à causes des contraintes liées au spectre, à l’écosystème des appareils, et d’autres obstacles économiques. Les opérateurs investissent actuellement dans la LTE et la LTE Advanced afin d’améliorer l’expérience de l’utilisateur avec la technologie 4x4 MIMO, l’agrégation, etc. 

En outre, il existe une demande croissante pour les aspects de bout-en-bout du réseau dont les solutions d’accès sans fil fixe, l’infrastructure fibre, la modernisation du backhaul dans les IP et réseaux optiques, les applications cloud au centre, la gestion de sécurité de bout-en-bout et les solutions de gestion de l’expérience client pour que les opérateurs garantissent une performance de réseau supérieure et une meilleure expérience client. Nokia peut aider les opérateurs avec son portefeuille de produits de bout-en-bout pour subvenir à cette demande.

Pin It

Dernier Numéro