loader image
telecomreviewafrica.com

Typography

Bien que les TIC soient un des succès de l'Afrique, la pandémie a mis en évidence la persistance de la fracture numérique dans la région. En fait, pour parvenir à l'accès universel à l'internet à haut débit en Afrique – ce qui pourrait aider le continent à surmonter les contraintes d'infrastructure dans un certain nombre de secteurs – on estime que 100 milliards de dollars d'investissement seront nécessaires au cours de la prochaine décennie, dont un tiers dans les infrastructures.

Voici donc ce que fait l'Afrique en la matière.

La Banque africaine de développement a investi plus de 20 millions de dollars dans le Kigali Institute of Science and Technology, au Rwanda, un centre d'excellence régional qui avait été créé en collaboration avec l'université Carnegie Mellon aux États-Unis. Selon Dr Akinwumi Adesina, président de la Banque africaine de développement, la Banque a dépensé 70 millions de dollars supplémentaires pour aider le Sénégal à créer un parc technologique numérique il servira de centre d'incubation qui aidera les jeunes à créer des start-ups, à développer leurs compétences commerciales et leur efficacité de gestion et à attirer les multinationales pour qu'elles investissent dans la promotion des idées. L'objectif de la Banque africaine de développement et des autres parties prenantes est de mettre en place un environnement propice à la création d'une masse critique d'inventeurs et d'entrepreneurs en Afrique qui, à leur tour, finiront par développer davantage de technologies numériques et par fournir des compétences aux travailleurs.

Axian Group Ltd. prévoit d'investir 500 millions de dollars en Tanzanie après l'achat d'actifs de télécommunications dans ce pays d'Afrique de l'Est et cherche à conclure d'autres accords pour poursuivre son expansion dans la région.

Airtel Mobile Commerce BV (AMC BV), l'entreprise de téléphonie mobile d'Airtel Africa, a déclaré avoir obtenu un autre investissement pour sa branche de téléphonie mobile. L'investisseur ? Qatar Holding LLC, une filiale de Qatar Investment Authority (QIA), le fonds souverain de l'État du Qatar, qui détient plus de 300 milliards de dollars d'actifs. La société du Moyen-Orient est prête à investir 200 millions de dollars dans AMC BV par le biais d'un achat secondaire d'actions d'Airtel Africa.

L'opérateur de téléphonie mobile Safaricom figure parmi les opérateurs africains de technologies et de télécommunications qui ont récemment obtenu des financements internationaux. Le kényan Safaricom, soutenu par un investissement de 500 millions de dollars de la part de Development Finance Corporation (DFC) des États-Unis, est à la tête d'un consortium qui construira un nouveau réseau mobile en Éthiopie, le pays le plus peuplé d'Afrique de l'Est.

La société américaine Africell, qui compte 12 millions d'abonnés mobiles dans des pays comme la Gambie, l'Ouganda, la RDC et la Sierra Leone, a obtenu une facilité de prêt de 105 millions de dollars auprès d'un groupe de financiers dirigé par Gemcorp. Une partie de ce capital devrait être utilisée pour construire son nouveau réseau mobile en Angola, un marché africain-clé qui souhaite développer son secteur fintech.

Liquid Intelligent Technologies, qui a annoncé que son réseau panafricain de 100 000 km couvre désormais 14 pays de la région, a récemment conclu une émission obligataire de 620 millions de dollars. Ce financement élevé des infrastructures de télécommunications et de technologie a permis à l'entreprise de déployer rapidement son réseau, avec 10 000 km posés au cours des cinq derniers mois seulement, a déclaré son directeur général, Nick Dudnick. Cela a permis à environ 2,7 millions de personnes en RDC de bénéficier d'un haut débit bon marché en fibre optique, ce qui est également considéré comme un élément-clé pour le déploiement ultérieur du réseau en Afrique de l'Ouest et en Afrique de l'Est.

Les pays déjà connectés à ce réseau de fibre optique sont l'Éthiopie, le Sud-Soudan, le Tchad, le Cameroun et le Congo Brazzaville. L'Ouganda, la Zambie, la Tanzanie, le Zimbabwe et le Rwanda font également partie des pays connectés.

Parallèlement, on assiste à une accélération des investissements dans les centres de données africains, qui profitent de la numérisation rapide des opérations et des systèmes sur le continent. Africa Data Centers - qui bénéficie d'un financement de 300 millions de dollars de la part du DFC - construit des centres de données au Nigeria et au Ghana, entre autres. ADC exploite déjà d'autres centres de données sur d'autres marchés d'Afrique subsaharienne, comme le Kenya et l'Afrique du Sud.

Selon le rapport de l'UIT intitulé « Tendances numériques en Afrique 2021 Tendances et évolution des technologies de l'information et de la communication dans la région Afrique 2017-2020 », l'intelligence artificielle, l'internet des objets, l'informatique en nuage, la technologie des registres distribués, la médecine de précision, le commerce numérique, la mobilité autonome et bien d'autres arènes technologiques en évolution façonneront l'avenir du monde, y compris de l'Afrique qui a l'occasion de donner  l'exemple au monde sur la façon d'utiliser les technologies émergentes dans des contextes locaux ciblés, notamment dans le domaine des paiements numériques, de l'agriculture de précision, de la santé prédictive et bien d'autres encore, pour relever certains de ses défis les plus pressants, tels que l'exploitation efficace du dividende de la jeunesse africaine en vue d'un développement durable et d'une croissance inclusive.

Au cours des quatre dernières années, la région a connu une croissance continue et de nouveaux investissements dans la plupart des domaines de l'infrastructure, de l'accès et de l'utilisation des TIC. La couverture cellulaire mobile en Afrique, c'est-à-dire le pourcentage de la population qui peut capter un signal cellulaire mobile, est estimé par l'UIT à 88,4 %. Un peu plus de 77 % de la population est désormais à portée d'un signal 3G, et 44,3 % à portée d'un signal haut débit mobile LTE. Le pourcentage de particuliers utilisant une connexion Internet est passé de 24,8 % en 2017 à 28,6 % d'ici à la fin de 2019, et les ménages disposant d'un accès Internet à domicile ont augmenté de 0,1 point de pourcentage, passant de 14,2 % en 2017 à 14,3 % d'ici fin 2019. Les marchés du haut débit fixe et mobile ont connu une certaine croissance au cours des quatre dernières années, les abonnements actifs au haut débit mobile dépassant les abonnements au haut débit fixe.

En effet, la région africaine a connu une croissance continue, bien que lente, dans la plupart des domaines de l'infrastructure des TIC, mais de nombreux défis persistent, qui ont été amplifiés par la pandémie de COVID-19. Le manque de connectivité significative et abordable est le principal obstacle à des progrès rapides.

La pandémie de COVID-19 a eu un impact profond sur l'Afrique et a poussé les consommateurs et les entreprises, ainsi que les gouvernements, à adopter des services et des technologies numériques (là où l'accès numérique était disponible), accélérant la transformation numérique et changeant l'état d'esprit sur les technologies de réseau avancées telles que la 5G.

Le principal problème qui compromet la croissance des TIC en Afrique est leur accessibilité financière, comme indiqué précédemment. Leurs coûts d'utilisation doivent s'aligner sur les capacités des utilisateurs africains à les payer. Par exemple, l'adoption relativement lente du réseau 4G du Rwanda a été attribuée à son coût par rapport au réseau 3G existant.

En principe, cela pourrait faire l'objet d'une politique et d'une réglementation, bien que ce soit un domaine difficile pour de nombreux pays africains, dont la capacité d'élaboration et de mise en œuvre des politiques est limitée. La politique des télécommunications en Afrique du Sud, par exemple, a été marquée par l'incertitude, malgré la sophistication de l'économie. La solution pourrait consister à se concentrer sur quelques politiques clés pour encourager la concurrence et les investissements axés sur le développement dans les infrastructures TIC.

Pin It

Dernier Numéro