loader image
telecomreviewafrica.com

Typography

Encore une fois, le Congrès mondial de la téléphonie mobile ou le Mobile World Congress (MWC) a fait parler de lui en présentant de nouvelles gammes de produits encore améliorés sur la photo et l'assistance vocale. Cet évènement, qui s’est déroulé du 27 février  au 2 mars 2017 à Barcelone, a été  l’occasion parfaite que les géants du monde des télécommunications  ont saisie  pour lancer leurs nouveaux produits.

Cet événement international a vu le retour de plusieurs fabricants sur le marché, offrant de nouveaux appareils et smartphones.  La 5G  était le thème principal de toutes les conférences tenues en marge du Congrès. Les opérateurs ont  fait des démonstrations de  vitesses d’internet ultra rapides,  devant paver  la voie dans les années à venir au déploiement de la 5G.

 Dans ce cadre, Ooredoo a annoncé au Mobile World Congress le lancement de son nouveau service FTTH (Fibre-to-the-home) ayant une vitesse de 10 Gbps. Ce nouveau service de fibre garantit les plus grandes vitesses d’internet disponibles dans les domiciles  au Qatar et place le pays sur la carte internationale en tant que l’un des premiers dans la région et le monde à offrir des vitesses de fibre de 10 Gbps à ses clients.

Waleed Al Sayed, PDG d’Ooredoo Qatar, a déclaré : « nous sommes ravis de lancer officiellement au Mobile World Congress, notre service de fibre ayant une vitesse de 10 Gbps au Qatar. Cette semaine  est consacrée à démontrer le leadership d’Ooredoo au niveau de l’expérience des données  et nous continuons à fixer de nouveaux objectifs en élargissant et promouvant le Supernet d’Ooredoo au niveau du mobile et de la fibre. »

Quant à Nizar Bouguila, PDG de Tunisie Telecom, qui a lui aussi participé à ce Congrès international, il a abordé le thème de la 5G en parlant des plans futurs de l’opérateur.  L’opérateur tunisien a réalisé un grand progrès au niveau des services de la 4G fournis à ses clients en Tunisie, et aujourd’hui, la 5G pointe à l’horizon.

« Cette année, notre ministère a lancé l’appel d’offres pour les licences de l’internet des objets (IoT) par lesquelles nous sommes concernées, ce qui nous permettra de préparer les services et solutions adéquates à l’introduction de la 5G qui va industrialiser l’internet des objets », a précisé Nizar Bouguila à Telecom Review.

D’autre part, le ministre des Télécommunications du Liban, S.E. Jamal Jarrah, a assisté cette année au Mobile World Congress. Accompagné par une délégation libanaise de haut niveau, le ministre a visité les pavillons de Nokia et Huawei et a rencontré des directeurs de différents départements, expliquant le plan du ministère visant à développer le secteur des télécoms au Liban à moyen et long termes.

Le ministre a aussi visité les pavillons des entreprises libanaises participant à l’exposition, et s’est informé de leurs activités dans ce secteur et des dernières technologies qu’elles utilisent en assurant  son soutien à tous leurs efforts.

Une rencontre entre le ministre et la diaspora libanaise intéressée par le domaine des TIC, présente à Barcelone, a été aussi organisée, durant laquelle, il a abordé la situation du secteur des télécoms au Liban et les efforts déployés par le ministère et les opérateurs dans le pays pour l’améliorer. 

Durant cette réunion, le ministre a indiqué que le secteur des télécoms est un pilier essentiel pouvant aider à réaliser le progrès dans n’importe quel pays, notamment au niveau économique. « Il est une partie de la vie économique et sociale quotidienne de la communauté. Voilà pourquoi, nous devons le promouvoir pour pouvoir suivre les autres pays et offrir les meilleurs services aux Libanais. »

Il a aussi souligné que le pays est « sur la bonne voie » qui le mènera  au déploiement de la 4G d’ici fin mars sur 85% du territoire libanais, couvrant 90% de la population. Il a ajouté que le ministère travaille aussi à déployer la fibre optique dans le pays pour qu’elle puisse atteindre les bureaux et bâtiments au moins. « Notre objectif principal est d’offrir à tous les Libanais la meilleure qualité d’internet le plus tôt possible. »

Les géants de l’industrie lancent leurs nouveaux produits

Le chinois Huawei,  comptant  parmi  les principaux producteurs  de smartphones,  venant juste derrière Samsung et Apple, a créé l'événement avec sa montre connectée Huawei Watch 2 et ses téléphones P10 et P10 Plus, au design soigné, équipés d'un double appareil photo Leica.

Appareils photos renforcés pour des selfies meilleurs ou des photos plus artistiques, mémoire étendue à 64 Gigaoctet (Go) et même 128 Go, batteries pouvant tenir jusqu'à deux jours sans rechargement..., l’équipementier chinois a avant tout cherché à renforcer son offre, avec pour objectif assumé de dépasser ses rivaux sud-coréen et américain sur les capacités de ses produits.

Chez Samsung en revanche, pas d'annonce importante mais celle du renouvellement de la gamme de tablettes, avec la Galaxy Tab S3 et le Galaxy Book, aux capacités, là encore renforcées afin de répondre à un double usage divertissement et professionnel.

Le sud-coréen LG, qui peine à s'installer sur le marché des smartphones, a présenté le LG G6, espérant séduire avec un téléphone sans grande innovation, hormis l'intégration de l'assistant vocal de Google, utilisant des fonctions d'intelligence artificielle pour répondre aux questions de son utilisateur.

Comme désormais la majorité de ses concurrents, le téléphone est équipé de deux objectifs d'appareil photo, ainsi que d'un grand écran censé améliorer le visionnage des vidéos, mais également calibré pour pouvoir être utilisé d'une seule main.

Au-delà des annonces des principaux leaders du marché, ce Congrès a vu le retour d'anciennes gloires du secteur, en particulier le finlandais Nokia, désormais fabriqué par son compatriote HMD, qui a réussi à créer l'événement avec le grand retour de son mythique 3310, désormais doté d'internet.

Le téléphone « permettra de parler pendant 22 heures, soit dix fois plus que l'original », a promis Arto Nummela, le PDG de HMD, lors de la conférence de présentation. Il sera aussi doté de deux éléments considérés comme mythiques par les férus  de la marque finlandaise : le « jeu du serpent », et la sonnerie des débuts de la marque.

Après avoir privilégié pendant plusieurs années le système Windows de Microsoft, qui avait fini par racheter la branche mobiles du géant finlandais en 2014, les nouveaux smartphones Nokia sont cette fois dotés du système d'exploitation  Android, qui équipe déjà environ 80% des smartphones vendus dans le monde.

En parallèle, le finlandais  a présenté trois smartphones, dont le Nokia 6, positionné sur le plus haut de gamme et lancé en Chine au mois de janvier. Tout comme LG, les trois smartphones, les Nokia 6, 5 et 3, seront équipés de l'assistant vocal de Google.

Un autre glorieux ancien, BlackBerry, qui a fait son retour sur le marché du mobile, a lancé le BlackBerry KEYone, un smartphone à clavier, emblématique de la marque, avec pour objectif de venir se positionner sur le segment haut de gamme.

Désormais fabriqué par le chinois TCL, BlackBerry a proposé un smartphone avec, là encore, une batterie très longue durée, un axe sécurité renforcé et la possibilité donnée à l'utilisateur de définir lui-même le niveau de sécurité souhaité.

Batterie et vitesse de chargement

Plusieurs fabricants de smartphones le promettent: les batteries tiendront plus longtemps. Chez Huawei, le P10 dispose de 40% d'autonomie supplémentaire, quand Nokia joue aussi sur cet argument avec le retour de son mythique 3310, capable de permettre 22 heures de conversation.

Mais plus que la taille des batteries, la vitesse de leur chargement a été au centre des attentions: 20 minutes pour s'assurer une journée d'usage pour Huawei, 50% de charge en 36 minutes de la part de BlackBerry: tous les équipementiers tentent désormais d'augmenter, indirectement, la durée d'usage de leurs appareils.

La réalité virtuelle était aussi présente avec ses différentes applications démontrées durant les quatre jours du MWC, signalant que son avènement ne tardera pas et qu’elle sera, prochainement, partie intégrante de nos vies quotidiennes.

Le Congrès mondial de la téléphonie mobile a été dominé cette année par la virtualité, qu'il s'agisse de la réalité ou des assistants personnels, ainsi que par les objets connectés.

Réalités augmentée et virtuelle

Les casques de réalité virtuelle sont désormais partout, démontrant l'importance prise par ce marché à part entière au cours de l'année écoulée. Plus un fabricant qui ne dispose du sien et les attractions basées sur la réalité virtuelle se multiplient chez les Coréens KT, SK ou Samsung notamment. Des applications sont aussi présentées pour l'entreprise, comme cette salle de réunion virtuelle que peuvent rejoindre des participants installés dans différents pays.

La réalité augmentée était omniprésente. Ici, des lunettes permettant de voir le système solaire apparaître sous les yeux, là un mur d'escalade qui se transforme en plateau de jeu vidéo géant. Démonstrations encore réduites qui visent avant tout à prouver le potentiel de la technologie.

Les assistants virtuels se sont également multipliés. Sorte de petit robot dansant capable de répondre à toutes les demandes chez Sony ou interface avec un personnage virtuel en 3D chez Deutsche Telekom, l'assistant virtuel s'impose peu à peu, suivant les progrès réalisés par l'intelligence artificielle.

Mais c'est avant tout dans les smartphones que ces derniers prennent plus de place. LG ou Motorola ont tous deux intégré un assistant virtuel dans leur dernière génération de smartphone, en attendant Samsung, dont le prochain S8 devrait être équipé de son propre assistant, un choix qu’a fait Huawei, après avoir intégré Alexa, l'assistant virtuel d'Amazon dans son Mate 9.

Robots et drones dans les allées

Il était impossible de ne pas les voir cette année au MWC: drones et robots comptaient parmi les grandes stars du salon. Sur le stand de l'opérateur KT, deux bras robotisés jouent de la batterie, variant les morceaux au fil de la journée. Sur celui d'Oberthur, Pepper, le petit robot de SoftBank Robotics, accueille le passant, alors qu’Ubuntu avait deux modèles de robots humanoïdes développés par l'entreprise barcelonaise Pal Robotics.

Quant aux drones, les espaces de démonstration étaient partout. Avec une approche entreprise très marquée : gestion et surveillance de réseaux, déplacement d'objets ou démonstration des capacités de la 5G, il y en avait pour tous les goûts.