loader image
telecomreviewafrica.com

Les opérateurs télécoms sont de plus en plus conscients que, pour monétiser pleinement leurs investissements autour des technologies telles que le cloud, l’IA, l’automatisation et les réseaux 5G, ils devront innover au-delà de leurs services de connectivité de base. Cependant, décider des opportunités qui apporteront la meilleure valeur et soutenir l’innovation sur le long terme restent parmi les plus grands défis. Dans une interview exclusive accordée à Telecom Review Afrique, Alpha Barry, directeur région Afrique, et Mohammed Saad Miss, directeur de la même région, télécom, média et technologie chez Atos partagent leurs stratégies de création d’une fondation visant à y créer une plus grande agilité, sécurité, efficacité et innovation.

Pin It
Lire la suite : L'approche d'Atos : accélérer la transformation du secteur des télécommunications

Jusqu’à aujourd’hui, des territoires de l’Afrique du Nord et de l’Ouest sont toujours privés d’une connexion appropriée. Pour atténuer ces besoins en connectivité et en bande passante, Nokia travaille et contribue afin de répondre à ces demandes immédiates. Telecom Review Afrique s’est entretenue avec Pierre Chaume, Vice-Président pour l’Afrique du Nord et de l’Ouest chez Nokia, pour comprendre comment la compagnie est en train de connecter les non-connectés, ses déploiements 5G, et les contributions de Nokia pour soutenir les demandes exponentielles de connectivité et de bande passante ainsi que le plan FWA pour la région.

Pin It
Lire la suite : Nokia a pour ambition de « connecter les non-connectés » avec ses technologies de réseau

Après sa récente nomination, Telecom Review s'est entretenu avec Bernard Najm, SVP, réseaux mobiles, Nokia Moyen-Orient et Afrique, pour détailler davantage les différents aspects des réseaux mobiles, notamment la 5G, la sécurité et l'expérience client.

Pin It
Lire la suite : Nokia fournit la région africaine en réseaux mobiles de pointe et évolutifs vers la 5G

Evénementiel
Typography

Généralisation des paiements par téléphones portables, utilisation de drones pour acheminer des vaccins : 1200 entrepreneurs et décideurs se penchent depuis mercredi sur les opportunités de l'économie numérique pour l'Afrique, confrontée à un ralentissement de sa croissance.

Le 26e Forum économique mondial pour l'Afrique, consacré aux nouvelles technologies, s’est ouvert le 11 mai à Kigali au Rwanda, dans un contexte de chute des cours des matières premières qui affecte les revenus de nombreux pays du continent et souligne la nécessité de diversifier leur économie.

Le rendez-vous a pour thème : « Connecter les ressources de l'Afrique à travers la transformation numérique ». Il s'inscrit, selon ses organisateurs, dans le prolongement du Forum annuel de Davos en Suisse, lequel s'était penché en janvier sur la « Quatrième révolution industrielle », cette transition numérique de l'économie mondiale qui transforme en profondeur les sociétés.

« C'est l'occasion pour nous d'examiner ce que cela signifie dans le contexte de l'Afrique, avec ses opportunités et ses défis », a déclaré Elsie S. Kanza, directrice Afrique du Forum économique mondial, lors d'un point presse à Nairobi au Kenya. « La question clé ici est : quelles sont les industries nouvelles qui peuvent être créées par les Africains ? », a-t-elle lancé.

Ce forum intervient en effet dans un contexte de ralentissement de la croissance en Afrique subsaharienne, frappée de plein fouet par la chute des cours des matières premières. Selon les prévisions, elle devrait s'établir autour de 3 pour cent en 2016, un chiffre deux fois plus faible que pendant les années 2000.

Parmi les pays les plus touchés, se trouvent les pays producteurs de pétrole comme le Nigéria et l'Angola, ou de minerais tels que la Zambie et la République démocratique du Congo (RDC).

« S'il y a quelque chose que la baisse des cours montre, c'est que l'Afrique a le plus grand besoin de transformer ses 54 marchés en axant sur l'industrialisation », estime Natznet Tesfay, analyste spécialiste de l'Afrique subsaharienne chez IHS Country Risk.

« Je crois qu'il y aura une période d'ajustement. Beaucoup d'investisseurs venaient en Afrique pour les matières premières. Ce changement de cap aura aussi comme conséquence la nécessité de mettre en place d'autres industries compétitives », ajoute Roger Nord, directeur adjoint du département Afrique du FMI.

Certains ont déjà entamé cette diversification, comme la Côte d'Ivoire, le premier producteur mondial de cacao qui vient, par exemple, d'inaugurer sa première usine de transformation de « l'or brun ».

Mais, les défis restent nombreux reconnaissent les spécialistes, pointant du doigt notamment le déficit en termes d'infrastructures dans le domaine de l'énergie, auquel font face de nombreux pays.

« Vous ne pouvez pas devenir un centre névralgique des nouvelles technologies sans fibre optique. Mais vous ne pouvez pas non plus le devenir sans approvisionnement suffisant en électricité », prévient Mme Tesfay.

Pin It